Union Européenne : contrôle technique d’une voiture sans chauffeur

Les six candidats à la présidence de la Commission et les deux présentateurs du débat du 15 mai 2019 Crédit : ARIS OIKONOMOU / AFP

Pour l’Europe, les temps comme les œufs sont durs. Lui chercher une date d’expiration est un exercice que nous laisserons aux éditorialistes-astrologues les plus fainéants, mais qui demeure révélateur d’une situation confuse pour laquelle les élites médiatiques et politiques ne peuvent imaginer que l’issue inquiétante mais limpide de l’éclatement/implosion/dissolution/etc. Entre la sortie prochaine (?) du Royaume-Uni, le succès des partis eurocritiques voire europhobes à des nombreuses élections nationales, l’abstention croissante dont sont victimes les élections européennes et l’absence de projet consensuel pour la construction européenne, l’idée européenne paraît en panne, si ce n’est en recul. Le fameux clivage entre souverainistes et fédéralistes semble nettement pencher en faveur des premiers, si bien qu’il serait plus pertinent d’opposer celles et ceux favorables au monopole politique des Etats-nations et celles et ceux opposés au « repli nationaliste ». En conséquence, certains Lire la suite

Publicités

Un changement d’ère ? La politique et la « post-vérité »

Si l’on en croit à peu près tout le monde (d’après un sondage effectué par l’auteur sur des articles qu’il se souvient vaguement avoir lu), nous serions dans une ère « post-vérité », « post-factuelle », où l’on respirerait des « fake news » comme de mauvais effluves de saucisse grillée dès les premiers jours de l’été. Epoque caractérisée par une indifférence à la vérité où les plus grands de ce monde peuvent débiter d’éhontés mensonges sans que leur peuple ne sourcille, elle aurait émergé avec les théories complotistes du 11-Septembre pour continuer jusqu’aux Gilets Jaunes pendus aux lèvres de facebookers avides d’attention, après un passage par les Trump, Orban et autres figures de la droite basse du front. Alors certes, on pourrait rétorquer qu’il n’y a jamais eu d’ère de la vérité, et qu’on n’a jamais vu le tribunal populaire condamner à mort un politique pour une semi-vérité propagandiste assénée un peu lestement, et pourtant Dieu sait qu’il y en a eu. Pour tout un tas de raisons, les électeurs Lire la suite

De quoi les Gilets Jaunes sont-ils une faillite ?

Crédits : Reuters. La place de la République le 8 décembre 2018.

Depuis la première manifestation des « Gilets Jaunes » le 17 novembre 2018, les interprétations sur le sens de ce mouvement – au nombre finalement restreint mais au large soutien au sein de la société française – ont essaimé de tous les côtés, dans tous les sens, et en énumérant le plus grand nombre de platitudes possibles, dont le désormais fameux « clivage entre les élites et le peuple » (quoi que cela veuille dire). Résultat inéluctable d’un ras-le-bol de tout et de rien, occasion typiquement française de râler pour le plaisir, insurrection révolutionnaire des invisibles et des inaudibles, fronde des classes moyennes périurbaines mal à l’aise avec la mondialisation, rejet du mépris aristocratique du Président envers ceux qui ne « sont rien », ce mouvement inqualifiable et instructurable de divers novices des manifestations a surtout rassemblé ceux qui en avaient marre d’en avoir marre et qui voulaient le faire savoir. Le gouvernement a fini Lire la suite

Peut-on encore parler race et racisme dans la France d’aujourd’hui ?

Nicolas Sarkozy à la cité des 4000 (La Courneuve) le 29 juin 2005. Crédits : Photo Jack Guez/AFP

Si le mouvement #metoo ressemble aujourd’hui à une prise de conscience internationale qui s’étend de la Californie jusqu’aux plus modestes quartiers français, toutes les remises en question de la société américaine n’ont pas encore traversé l’Atlantique. Jadis parmi les pays les plus impliqués dans la question sociale, aujourd’hui plutôt réceptive à la question sexuelle, la France reste toujours largement hermétique à la question raciale. Depuis la prise  de conscience des années 70-80 sur la responsabilité de l’Etat et de la société françaises dans l’extermination collaborationniste des Juifs de France et sur l’ampleur des discriminations subies par les immigrés post-coloniaux et dénoncée par la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983, le soufflé est largement retombé et on assiste même à une marginalisation de l’antiracisme au profit de tendances anti-immigrés et anti-islam, si tant est qu’il s’agisse de deux choses différentes. Alors que l’éradication du racisme ne semble plus faire partie des grands idéaux de la gauche et que partout ailleurs, toute évocation de la question raciale apparaît comme un cadeau fait aux ennemis de la Nation, le débat public et intellectuel se sature de concepts-attrape-nigauds Lire la suite

« Ça va mieux, ton père ? » : quand papa n’est plus dans le coup, chroniques d’EHPAD

couv goyetDans son essai « Ça va mieux, ton père ? », Mara Goyet tente à la fois un rapprochement et une mise à distance : évoquer un père qui n’est plus depuis longtemps celui qu’elle a connu mais aussi s’en éloigner, pour tenter d’appréhender les effets de la maladie sur l’entourage, sur la vision du monde, des autres, de l’existence. Lire la suite

Le débat sur l’extension de la PMA est-il éthique ?

Crédits : Séverin Millet. Source : lemonde.fr

L’extension de la PMA aux couples lesbiens a ceci de particulier qu’elle apparaît comme l’une des mesures les plus évidentes au regard des évolutions de la société et du droit, alors qu’elle est au contraire l’une des propositions qui suscite le moins de courage politique chez les décideurs français. François Hollande avait déjà à deux reprises raté l’occasion de la faire voter : une première fois en même temps que la loi Taubira de 2013, craignant que la « PMA pour toutes » ne bloque le « mariage » et « l’adoption pour tous » (ce qui n’a cependant pas empêché les participants de la Manif pour tous de la considérer comme déjà actée) ; une deuxième fois en février 2014, reculant devant 100.000 Versaillaises à serre-tête descendues dans la rue. L’opposition à l’égalité des droits entre homosexuel(le)s et hétérosexuel(le)s, d’une virulence et d’une ampleur inédites en Europe, avait alors réussi à repousser le sujet jusqu’à nouvel ordre, avec un gouvernement socialiste visiblement traumatisé par les manifestations de l’hiver 2013. Lire la suite

Les salauds de l’Europe de Jean Quatremer [critique]

Jean Quatremer n’est pas, c’est le moins qu’on puisse dire, le plus eurosceptique des journalistes français. En publiant un livre titré Les salauds de l’Europe : guide à l’usage des eurosceptiques [1], on pouvait légitimement s’attendre à un éloge exalté en faveur de l’Union Européenne de la part de celui qui couvre l’actualité européenne depuis 1990 pour Libération. Pourtant, sur son blog Coulisses de Bruxelles, Quatremer n’y va généralement pas de main-morte pour critiquer la médiocrité des institutions européennes et des hommes et femmes politiques qui font souvent tout pour que le rêve européenne tombe en désuétude. Lire la suite