Les problèmes d’EELV (2)

LA VICTOIRE DE FAÇADE DES LÉGISLATIVES

Décidément, les élections de 2012 n’ont pas été de tout repos pour les écologistes. Même s’ils sortent comme vainqueurs des législatives, cette victoire n’est partiellement que de façade.

On peut le dire : après l’écrasante défaite de la présidentielle, les écologistes, sans leur accord avec le PS, étaient fichus. Néanmoins, ils ont très habilement manoeuvré, alors qu’ils étaient la 3e ou 4e force politique du pays au vu des élections précédentes, et ont réussi à faire liste commune pour 60 candidats avec le Parti Socialiste, pour remporter 18 circonscriptions, et ainsi former leur premier groupe à l’Assemblée Nationale. Sur ce coup-là, ils ont réussi à entrer dans tous les rouages des pouvoirs politiques, alliés au PS.

Alliés indispensables ? Il semble que non. 1° Ils ne sont pas utiles au PS pour avoir la majorité absolue à l’Assemblée, avec l’écrasante victoire du parti. 2° La non-désignation d’un écologiste à la Commission au développement durable (le président étant le socialiste Jean-Paul Chanteguet) montre bien que les Socialistes ont décidé de placer les leurs aux postes les plus importants, en dédaignant leurs alliés. 3° François Hollande a bien été obligé de nommer deux écologistes aux gouvernements, dont l’ex-secrétaire générale Cécile Duflot, mais même pas au Ministère du Développement durable et de l’Ecologie, défiant ainsi toute logique. Belle marque de confiance … On voit donc que si les Socialistes se sont empressés de faire les yeux doux aux écologistes, leur permettant de s’infiltrer partout, ils s’en soucient peu aujourd’hui, maintenant que la vague rose a envahi la plage.

Le parti a été sévèrement discrédité en perdant une certaine indépendance. On se rappelle de l’image de Duflot (assez ignorée, d’ailleurs) distribuant des tracts aux sortants du métro, donnant l’image d’un parti dévoué corps et âme à François Hollande. Les militants écologistes ont d’ailleurs milité pendant 2 semaines pour … Hollande. Non seulement le parti ne semble plus indépendant, mais est critiqué comme n’étant pas le plus apte à représenter l’écologie. Corinne Lepage a tenté de s’incruster (sans succès, à cause de l’absence des 500 signatures) dans la campagne, avec son parti Agenda 21, en critiquant le système partisan d’EELV, s’intéressant plus aux postes qu’aux arbres. On a de même vu se multiplier la candidature aux législatives d’écologistes dits « indépendants ». EELV, même s’il reste LE parti représentant l’écologie, ne semble plus aussi légitime pour cette représentation. Les dissidences le menace, et il commence à prendre conscience des critiques qui lui sont faites. Reste à savoir si le parti changera de cap assez vite pour ne pas réitérer la débâcle du 22 Avril aux prochaines élections et s’assurer un bon avenir.

Scipion

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s