L’Afrique, future Chine

Aujourd’hui l’Afrique – on ne prendra pas en compte le Maghreb et l’Afrique du Sud – est embourbée dans bon nombre de problèmes. Ceux-ci empêchent le continent de se développer. Tout comme la Chine, auparavant rurale et légèrement … en défaut de développement (comme la Russie de 1917), il est probable que l’Afrique connaisse un développement fulgurant d’ici quelques décennies.

L’Afrique n’est certes pas le continent le plus peuplé, mais il est appelé, selon toutes les prévisions, à avoir la plus forte croissance démographique dans les prochaines années, afin de doubler sa population en quelques décennies. Son taux de fécondité est le plus élevé du monde, compensé par une forte mortalité (notamment infantile). A partir du moment où il sera donné aux Africains la possibilité de vivre (en ayant nourriture, eau et soins médicaux), le taux d’accroissement naturel en Afrique augmentera sensiblement avant de diminuer avec une baisse de fécondité comme dans les pays occidentaux au moment de la Révolution industrielle. Et qui dit démographie forte dans un monde capitaliste dit croissance forte.

Beaucoup de pays africains sont dans un contexte géopolitique qui ne permet pas la stabilité nécessaire à la croissance. Certains sont – et seront sûrement – en proie aux guerres (civiles) (Rwanda, ou plus récemment Côte d’Ivoire), avec des régions sous tension (Sud-Soudan), et parfois victimes d’Aqmi (Nord du Mali). D’autres ont un régime politique dictatorial et surtout corrompu, qui opprime les populations et s’accapare surtout la majorité des richesses produites. L’Etat ne joue pas son rôle, en n’investissant pas dans des infrastructures ou en ne finançant pas de lois sociales.

L’Afrique est un continent exploité, par ses dirigeants, mais aussi par les pays et compagnies de l’étranger. Le continent n’a pas même la possession de ses ressources naturelles, puisque ce sont les compagnies qui ont la mainmise dessus (comme Areva au Niger). Certes, elles emploient des « locaux », mais sans les former à des postes plus hauts, occupés par des cadres occidentaux, sans investir dans des équipements de confort pour les employés, etc. Et cela alors même que le continent contient énormément de ressources minières, qui pourraient être exploités par les Africains à leur profit. Sans parler de l’agriculture exsangue suite à la colonisation, c’est-à-dire tournée vers l’exportation et non pas vers la consommation locale. Et l’eau, source de conflits et partiellement consommée par les industries et les plus riches.

Le continent, car il comprend une très grande majorité de personnes pauvres, n’a pas de réelle consommation. Car les conditions sociales, environnementales et économiques paupérisent les populations, celles-ci n’ont pas les moyens d’acquérir des biens, et donc de faire marcher l’économie, qui reste stagnante. Seules les villes connaissent actuellement une croissance effrénée, mais désordonnée et au détriment des campagnes.

On peut aisément penser que tous ces problèmes qui laissent les populations dans un état végétatif finiront par disparaître, et le cercle vertueux s’installant, la croissance sera exponentielle. La démocratie étant contagieuse, malgré la persistance de la corruption et des dictatures, on peut penser à une répartition au fur et à mesure plus égale des richesses. Les pays vont peut-être se lasser de guerroyer inutilement. Les financements étrangers vont sans doute réussir à installer un réseau d’infrastructures solide, avec un semblant d’industrie. Il faudrait un peu d’organisation politique pour réorganiser une agriculture plus efficace et un meilleur réseau hydrique. Peut-être même que les Africains bouteront les étrangers hors d’Afrique, tout en les convaincant d’investir sur leur continent sans pour autant continuer l’exploitation abusive.

On peut parler de l’Afrique comme cela, car elle représente un ensemble assez « homogène », avec les mêmes pays sortis il n’y a que quelques décennies de la colonisation, et avec presque les mêmes problèmes économiques, sociaux, politiques, géopolitiques et environnementaux. L’Afrique, car elle est très pauvre, croîtra d’autant plus vite, comme l’a fait la Chine (avec de judicieux choix politico-économiques). Il serait peut-être bon que la France investisse encore plus dès aujourd’hui en Afrique, cela lui sera plus tard profitable. Il faut juste être patient.

Scipion

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s