2012-2017, place aux locataires

Sarkozy privilégiait les propriétaires, et promettait en 2007 « 70% de ménages propriétaires ». Comme le reste de la droite, il souhaitait mettre l’accent sur le patrimoine foncier, quitte à stigmatiser parfois les mauvais payeurs. Mais avec l’arrivée de la gauche, les propriétaires se voient boutés hors du devant de la scène par les locataires. Et Mme Duflot aura fort à faire pour permettre à tous d’obtenir une location décente.

La grogne citoyenne est montée depuis le début de la crise: de plus en plus de locataires pauvres peinent à payer leurs loyers. En cause notamment les « marchands de sommeils« , qui vendent à des prix exorbitants des logements miséreux et étroits. Cette grogne concerne aussi les logements inoccupés, souvent des résidences secondaires visitées 2 semaines par an, voire même de grands hôtels de riches particuliers. Et les opérations coup-de-poing du collectif Jeudi Noir n’ont pas fait bougé d’un millimètre le président Sarkozy. Ces logements inoccupés sont quelque peu choquants dans la mesure où de nombreuses personnes peinent à trouver un logement, et que l’arrivée sur le marché de ces deux millions de logements feraient considérablement baisser les prix des loyers.

Car le prix des loyers est bien ce qui pose problème. Le logement occupe un part croissante dans le budget des ménages, et atteint souvent plus de la moitié pour les étudiants souvent réduits aux chambres de bonne. Il y a un manque flagrant de logements sociaux: leur construction permettrait à de nombreuses personnes de se loger plus décemment, et feraient aussi baisser les prix des autres logements, avec l’augmentation de l’offre. Pourtant, de nombreuses communes ne respectent pas la loi SRU, et préfèrent payer une amende plutôt que de léser leur réputation. Par exemple, Neuilly-sur-Seine a un taux de logements sociaux de 4,2%, contre 20% selon la loi. Contraindre financièrement plus fortement ces villes permettraient aussi d’améliorer la mixité sociale, en évitant ainsi la ghettoïsation et la paupérisation de certains quartiers. Reste enfin à assouplir les conditions d’accès aux locations, certains propriétaires exigeant des garanties démesurées, et souvent illégales. Tout en se réservant le droit d’expulser à loisir …

Pour parer à l’augmentation des prix des loyers, Cécile Duflot, Ministre du Logement, a pris le problème à bras-le-corps, en décidant dans certaines conditions et certaines agglomérations aux situations particulièrement critiques, de plafonner les prix des loyers, respectant ainsi les promesses de François Hollande sur le thème du logement. Théoriquement, cette mesure plutôt courageuse permettrait l’accès à des locations décentes par les moins aisés. Pourtant, la droite crie au scandale. En effet, elle pense que le plafonnement des loyers inciterait certains propriétaires à retirer leurs logements du marché, et donc à baisser l’offre, augmentant les prix à moyen terme. Soit dit en passant, on ne peut pas non plus dire que les logements seront bradés, et ceux qui veulent de l’argent n’auront que la voie de la location. Et si le gouvernement force la location des logements inoccupés …

Scipion

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s