La crainte de l’euthanasie

Il existe aujourd’hui une loi encadrant la fin de vie: il s’agit de la loi Leonetti, votée en 2005. Celle-ci énonce le principe suivant: « Les actes de prévention, d’investigation ou de soins ne doivent pas être poursuivis par une obstination déraisonnable. Lorsqu’ils apparaissent inutiles, disproportionnés ou n’ayant d’autre effet que le seul maintien artificiel de la vie, ils peuvent être suspendus ou ne pas être entrepris. » C’est ce principe qui a cours aujourd’hui dans tous les cas de patients amenés à mourir inéluctablement. On peut interpréter cela comme un « laisser mourir« , sans acharnement thérapeutique. Mais la fin de vie est souvent très douloureuse, et les soins apportés par le corps médical pour soulager la douleur ne sont souvent pas assez efficaces.

La solution qui s’impose donc est celle de l’euthanasie. Concrètement donc, la fin de vie volontaire, avec un départ sans trop de douleurs, afin d’abréger les souffrances. En France, comme dans les autres pays, on pense bien normalement la vie de l’Homme au-dessus de tout. On a donc accepté de faire aux animaux ce qu’on ne veut pas pour nous, c’est-à-dire l’euthanasie. Mais cette sacralisation de la vie conduit à des conditions bien inhumaines, et pose la question « vivre, mais à quel prix ? ». Laisser quelqu’un souffrir en attendant la mort peut s’apparenter à de la torture.

Pourtant, la Belgique et les Pays-Bas, qui ont souvent un train d’avance sur nous, l’ont déjà accepté. On a beau parler de débats des médecins, plus de 70% du corps médical y est favorable. De même, 9 Français sur 10 y sont favorables (sondage Harris Interactive). Si cette mesure n’a pas encore été mise en oeuvre, c’est parce que la droite était au pouvoir. Dans sa position statique et chrétienne, l’UMP notamment va encore à contre-courant de l’opinion générale (sans compter le FN et le MoDem, qui jugent de même la loi Leonetti suffisante). En revanche, tous les candidats de gauche à la présidentielle et les propos récents de François Hollande vont dans le bon sens.

Bien sûr, certaines règles sont à respecter, comme un contrôle judiciaire, l’assentiment du patient, un avis médical strict ou une procédure très contrôlée. Mais les euthanasies dans les pays les ayant autorisées ont montré que la mise en oeuvre n’était pas impossible. Cependant, il est quelque peu incorrect de dire que certaines morts sont plus « dignes » que d’autres. Elles peuvent juste être un peu moins dégradantes.

Scipion

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s