Temps mort

Temps suspendu, rien à se mettre sous la dent : l’observateur politique en est réduit, lorsqu’août survient, à écumer tous les sites d’informations à la recherche de la dernière déclaration réellement politique, à guetter une bribe d’annonce d’une réforme envisagée pour la rentrée – évidemment, ou une petite phrase amusante glissée au cours de réflexions sur les résultats français aux Jeux Olympiques de Londres (ainsi François Hollande déclarant que«Les Britanniques ont mis un tapis rouge pour les athlètes français pour gagner des médailles » en réponse à la déclaration de David Cameron sur les exilés fiscaux français attendus au Royaume-Uni avec les honneurs). Tout juste peut-on supposer que nos hommes et femmes politiques sont en vacances, ou sur le point de les prendre. Les informations se succèdent à un rythme effréné puisqu’une dépêche nous apprend une bien triste nouvelle : François Fillon s’est ainsi malencontreusement brisé la cheville à Capri (au lecteur de chanter, maintenant, ou d’accuser Jean-François Copé) et ses vacances chez le président de Ferrari s’en trouvent écourtées.

Le Parlement, dans un dernier effort, vote une loi budgétaire qui a pour caractéristique essentielle de détricoter l’action fiscale du gouvernement précédent. Et puis, fermez le ban, tout le monde au soleil, à Brégançon ou dans le Morbihan pour des vacances « normales ».

Oh, bien sûr, l’actualité internationale ne prend pas de vacances, mais elle se déroule avec moins de témoins, occupés sans doute à bronzer sur les plages ou, plus sûrement, à récupérer d’une année sur le théâtre des opérations: plus beaucoup de reporters en Syrie où Alep est sous les bombes, le Mali semble endormi au beau milieu de sa crise mais on y lapide avec de plus en plus d’entrain, le « Joker » d’Aurora attend de savoir si on réclamera contre lui la peine de mort et certains se demandent s’il faut arrêter d’enseigner les mathématiques à l’école  -de quoi jeter les cahiers de vacances aux orties ou à la mer. Même les socialistes ont décidé de faire la paix et de présenter une motion unique (« Réussir le changement ») signée par Jean-Marc Ayrault et Martine Aubry (exception faite de Benoît Hamon, ce qui évite de justesse la mention « soviétique » au Congrès du PS prévu en octobre à Toulouse). Face à ce néant éditorial, nous voilà réduits à parcourir les « cahiers de l’été » de Libération pour répondre à des quizz politiques divertissants et rattraper son retard en matière de petites phrases assassines. De là à se jeter sur les magazines féminins, il n’y a qu’un pas, que l’auteur de ces lignes n’ira pas jusqu’à franchir – sauf si on lui jette inopinément ledit magazine dans les mains, réponse à la fin du mois d’août.

C’est que la grande affaire du moment est sportive et non politique. Les Jeux Olympiques de Londres, et en particulier les exploits des sportifs français, occupent les premières pages de tous les journaux, Les Echos exceptés. Il est d’usage de s’extasier devant la cérémonie d’ouverture orchestrée par Danny Boyle, de louer l’esprit de compétition et de fraternité qui règne dans la capitale anglaise et même de trouver que la reine, finalement, est une icône à la mode. Why not, indeed ? Loin de moi l’idée de dénigrer le travail acharné des sportifs, leur préparation harassante ou de cracher sur le supposé « esprit olympique ». Cependant, force est de constater que cette compétition, si passionnante soit-elle pour les amateurs de sports (dont je suis), occulte voire efface totalement l’ensemble de l’actualité politique mondiale. Les seuls articles fouillés, les portraits, les reportages viennent de Londres. Pour le reste, on doit se contenter de dépêches AFP, brutes et sans analyse. C’est la fameuse « trêve estivale », la plus suivie après celle dite « des confiseurs », et elle concerne presque tout le monde (sauf… selon Le Midi Libre).

Il faut donc s’y résoudre sous peine de mourir d’ennui. Le constat est sans appel : il est grand temps de partir à son tour en vacances.

Agrippine, qui déclare provisoirement une trêve estivale

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s