Humanité cherche nouvelle Terre

Depuis hier, l’humanité emprunte à la planète. Une ONG canadienne, Global Footprint Network, calcule chaque année la différence entre ce que l’humanité consomme en terme de ressources, et ce que la planète renouvelle. Entre absorption du CO2 et pousse des arbres, la planète peut « absorber » l’impact humain sur l’environnement jusqu’à un certain point. Or, depuis le 22 Août, tout ce que l’homme consomme en terme de ressources naturelles n’est plus renouvelé, et est perdu pour la planète. Depuis 1980, l’homme prend plus qu’on ne lui donne, et aurait aujourd’hui besoin d’une Terre et demie pour satisfaire ses besoins. Et ce chiffre ne fait qu’augmenter. Cela donne à réfléchir, quand on sait que par exemple, si la consommation de minerais stagnait depuis 2009, le premier minerai à disparaître serait le diamant en 2017. Suivi de l’argent en 2028, de l’or en 2030, du fer en 2042 ou encore le cuivre en 2044. D’où la nécessité de prendre conscience du défi environnemental des prochaines décennies: il ne s’agit plus de stabiliser la production et la consommation des différentes ressources naturelles, mais de la diminuer.

Scipion

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s