John Kerry au département d’Etat : on rebat les cartes ?

Barack Obama a récemment nommé au département d’Etat John Kerry en remplacement d’Hillary Clinton. Ainsi, les relations internationales des Etats-Unis seront tenues par l’ancien candidat aux élections présidentielles de 2004. Durant sa campagne, Barack Obama a  du se montrer plus ferme dans sa politique internationale, du moins dans les mots. La méthode de la « main tendue » inaugurée par le discours du Caire le 4 Juin 2009, a de plus connu de nombreux revers : l’Iran s’approche de plus en plus du nucléaire militaire, le conflit israélo-palestinien ne s’est pas engagé dans un processus de paix … Même si Barack Obama reste attaché à ce qu’il appelait le « nouveau départ », tout tend à croire que la politique étrangère américaine va connaître un nouveau virage : un tournant ou une bifurcation ?

John Kerry est un spécialiste des relations internationales : cependant, il reste un personnage à part sur ces questions. Ses réactions sur le dossier syrien le montre : dans les premières semaines du conflit, il soutient Bachar Al-Assad car il croit en ses promesses de réforme. Plus tard, il regrettera l’inaction des Etats-Unis dans ce pays. Il s’agit certes d’un homme de consensus sur le plan international, mais dont l’idéologie sur les questions internationales reste inscrite dans le carcan démocrate (on se souvient du débat en 2004 contre l’ex président Georges W. Bush, critiquant les guerres préventives et notamment l’intervention en Irak). Cependant, il s’est montré critique vis-à-vis de l’administration Obama sur ces questions : en particulier sur la « main tendue » et le printemps arabe. Il avait affirmé que l’islamisme radical n’était pas pris en compte dans ces dossiers, alors que le président et l’ancienne secrétaire d’Etat ignoraient ce danger, et croyaient naïvement à l’esprit démocratique de la majorité des peuples arabes … John Kerry opte lui pour le réalisme, un réalisme moins affirmé que Nixon, mais nettement plus qu’Hillary Clinton. Il estime que la « main tendue » n’est qu’une phase face à l’Iran ou le Proche-Orient : si cette main est refusée, les menaces doivent se faire sentir, sans forcément engager un conflit militaire. Cette politique plus ferme est susceptible de mieux porter ses fruits que l’idéalisme (certes, j’exagère quelque peu) Clintonien.

Barack Obama est contraint de s’engager dans ce type de politique pour deux raisons : ses promesses de campagne sur le plan international, qui ont rassuré et conforté ses électeurs dans leurs choix, ainsi que l’attentisme général, notamment face au proche Orient. Durant quatre ans, le programme nucléaire iranien a avancé et est resté opaque quant à ses vues, des bouleversements de régimes ont eu lieu en Afrique du Nord, et j’en passe. Durant quatre ans, le gouvernement s’est montré quasiment inactif devant ces enjeux. Sauf que la situation s’envenime : les menaces de guerre d’Israël deviennent sérieuses, la répression syrienne est sanglante …

La politique étrangère américaine des quatre années à venir, s’annonçant plus ferme, plus réaliste, et plus consciente des réalités du terrain, est, sous un certain point de vue, la continuité des politiques précédentes : après avoir voulu tendre la main et opérer dans les négociations et les pourparlers, la situation actuelle impose de contraindre les Etats, avec la menace militaire ou économique, sans pour autant provoquer de multiples conflit militaires à tout bout de champs comme Georges W. Bush avait l’habitude, il ne s’agit pas de passer de la « main tendue » au « fusil tendu ». L’enjeu est d’opérer un « changement dans la continuité », en quelque sorte à la Kissinger sans le Viet Nam.

Rocigre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s