La légère impression qu’on nous prend pour des cons

Tant de choses à dire parce qu’en ce moment, l’opposition fait très fort. Avec l’affaire Cahuzac, qui, il faut le dire, ne casse pas trois pattes à un canard (personne n’a été violé ou tué jusqu’à preuve du contraire), l’UMP a mis en plan certes machiavélique mais qui ne tient pas trois secondes devant la logique la plus élémentaire: 1°) Faire du bruit parce qu’à gauche ce sont tous des pourris, et nous on est gentil (personne n’est soupçonné d’avoir distribué des légions d’honneur, commandé des sondages à foison aux frais du contribuable, truqué une élection du parti ou abusé d’une personne âgée) 2°) Déclarer qu’on a une crise d’autorité puisque ça crie de partout et que le gouvernement n’a pas envoyé l’armée nettoyer les rues de ceux qui ne sont pas d’accord 3°) Dire qu’une bonne solution serait de remanier tout le gouvernement (ça serait trop dommage qu’on ait une équipe compétente pour diriger le pays) voire de faire un gouvernement d’alliance (dixit M. Apparu) où tout le monde s’entendrait bien et sauverait la France (surtout la droite), avec pour premier ministre un homme de droite susceptible de se présenter en 2017. Ils ont juste oublié qu’il faudrait que le Président n’ait plus que la moitié de son cerveau pour obtempérer.

Cela nous rappellerait presque le FN qui demande une dissolution, qui à leur grand dam ne leur profiterait pas… N’importe qui réfléchissant sérieusement à la question et ne pensant pas que les hommes politiques mangent les enfants jouant au ballon dans la rue doit prendre un cachet d’aspirine pour pouvoir faire le lien entre le Cas-Huzac et la dissolution. A part le fait qu’il est un peu dérangeant que les membres du gouvernement affichent des positions divergentes sur la politique économique du gouvernement (avec les trois rebelles de la croissance), il n’existe aucune crise politique ou d’autorité en France. Il y en aurait effectivement une si le gouvernement cédait au moindre caprice d’en face.

Beaucoup d’hommes politiques jouent au « je lave plus blanc que toi », comme Wauquiez ou Fillon, et la droite se moque d’un « strip-tease » quand le gouvernement affiche son patrimoine (ce qui est vrai, n’est pas d’un intérêt fulgurant). Le même Laurent Wauquiez qui est tellement bouleversé de la menace qui pèse sur la France après l’attentat de Boston qu’il pense qu’on doit reculer la date du vote sur le mariage gay. Le gouvernement Ayrault n’ayant pas tellement changé quoi que ce soit sur les dispositifs de sécurité à part avoir instauré le niveau d’alerte maximale suite à l’intervention au Mali, cela veut dire Nicolas Sarkozy protégeait très mal la France. Pour revenir à la publicité Ariel, votre dévoué rédacteur a bien ri quand Marine Le Pen s’est vanté de sa veste immaculée, alors que peu peuvent se vanter de sortir des idioties toutes les deux secondes sur les prières de rue ou la viande halal. Il ne suffit pas de porter plainte pour diffamation à chaque fois que son nom est cité pour ne pas avoir de la boue sur son tailleur. Surtout quand on sait que ses amis ouvrent des comptes en Suisse et que des militants d’extrême-droite s’amusent à harceler des hommes politiques et leurs proches (comme les Valls), et à s’opposer aux forces de l’ordre. La ténacité et la rage dont font preuve les dirigeants du mouvement libèrent la parole et les actes homophobes et haineux: plus rien n’est tabou, même ce qui devrait l’être, et le pire de l’extrême-droite sort de ses pores.

Pour finir, un petit mot sur le mariage gay (quand même!). Les anti-mariages ne savent visiblement plus quoi inventer pour empêcher la loi de passer. Ils viennent manifester et casser pour dire après que le gouvernement divise la nation, qu’il n’écoute pas la voix (minoritaire) de la rue; leur porte-parole qui n’a aucune légitimité si ce n’est de vendre son poisson comme une vraie pro en chantant « Fais moi l’amour avec deux doigts » vient pleurer sur les plateaux télé, etc. En plus, il y a apparemment des sujets plus intéressants à traiter, comme la crise économique (parce que le Parlement et le gouvernement ne peuvent traiter qu’un sujet à la fois), bien que certains aient oublié qu’il n’y a pas que l’économie dans la politique et que vu la réussite extraordinaire du précédent quinquennat, on pourrait se passer des conseils des Sarko boys. M. Cahuzac, les mauvais donneurs de leçon ne sont pas ceux qu’on croit. Ce sont ceux qui nous prennent pour des cons.

Scipion

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s