L’éducation civique au collège

source: herodote.net, affiche du référendum du 28/09/1958

L’Education civique est assurément une des matières pauvres du collège. Bien qu’elle soit dotée d’un programme et fasse partie du brevet des collèges, il s’agit d’une matière sur laquelle on empiète bien souvent pour terminer les autres programmes. Loin d’être un complot professoral, ce problème vient du fait que les réformes des programmes successives n’accordent pas de moyens matériels suffisants à cette discipline. L’enseignement de l’Education civique est prodigué par les professeurs d’Histoire-Géographie au collège : des professeurs non spécialistes de la question (sorte de dérivée du droit et de la philosophie) doivent donc la traiter dans un temps trop court. Et pourtant, elle est digne d’intérêt et on devrait porter plus haut son ambition de faire connaître aux futurs adultes les rouages des institutions, de la société et du vivre ensemble, ce qui permettrait entre autres de pallier au désintérêt croissant pour la politique qui traverse actuellement la France. 

L’Education civique ou comment manquer d’idées

En 6e, tout est centré sur l’espace proche du collégien, avec pour thématiques « l’enfant », « le collégien » et « l’habitant ». L’étude des droits et des devoirs s’avère restrictive, puisqu’elle ne concerne que le collège et l’enfant en tant que personne juridique. Quant à la démarche, elle se fait la plupart du temps à partir de situations concrètes (étude de la démocratie par l’élection des délégués, étude d’une association de quartier). En somme, le programme aborde soit des choses trop banales (à l’école on apprend des choses, les parents ont une autorité sur les enfants, on ne règle pas ses conflits à coup de barres de fer) ou trop poussées pour leur âge (fonctionnement d’une commune) pour ne pas pousser aux banalités. Le programme donne vraiment l’impression que le cabinet du ministre manquait d’imagination, comme par exemple quand il propose d’étudier « un acte de naissance pour une réflexion sur l’identité ». A noter cependant la problématique intéressante de l’inégalité face à l’éducation dans le monde.

Tympan de l’Eglise Saint-Pancrace d’Aups (Var), inscription de 1905

Le programme de 5e rattrape les choses, avec le thème de l’égalité qui est bien traité (inégalités économiques, hommes-femmes, discrimination, égalité comme principe républicain). Par contre, la partie « Des êtres humains, une seule humanité » comprend aussi « les identités multiples de la personne », où on apprend que chaque être humain possède une identité familiale, religieuse, professionnelle, etc. Au lieu d’insister sur le respect de l’autre, on formule une morale guimauve qui donne l’impression que les rédacteurs risquaient un procès à tout instant, tout en s’appuyant sur des « figures littéraires » pour illustrer, ce qui demeure un grand mystère. Le programme se clôt par un chapitre sur la sécurité où on apprend aux collégiens à ne pas jouer au ballon sur le carrefour.

Le programme de 4e comporte un thème sur le droit impeccable où on introduit les principes et le fonctionnement de la justice et du droit, avec une partie sur la justice des mineurs. Une réflexion sur les libertés (formes et limites) est aussi menée. Dommage toutefois qu’on essaie encore de se rattacher au collège (sachant qu’ils vont bien le quitter un jour). Le tout se termine par une partie sur la sûreté, où on apprend grosso modo le rôle de la police, tout en insistant bien sur le fait que sans elle on vivrait dans une anarchie apocalyptique.  Ajoutons que de la 6e à la 4e, les professeurs peuvent utiliser 10% du temps d’Education civique pour une question (médiatique, solidaire et judiciaire d’actualité respectivement) de leur choix, histoire de meubler le programme sans se fatiguer.

Capture d’écran sur letudiant.fr, sujet du DNB d’Histoire-Géographie-EC 2013

Le programme de 3e pourrait s’intituler « Le reste », et le reste est énorme: il comprend pêle-même les institutions politiques (de la commune au Parlement européen), les médias, la République, les groupements politiques et sociaux, le droit de vote et la nationalité/ citoyenneté. C’est tout simplement énorme, la marche étant fermée par le dernier volet de la trilogie sur la sécurité avec la paix et la défense, qu’on peut approximer par « le monde entier est un champ de bataille et l’armée c’est super ». Tout ça pour finir sur ce résultat au brevet (voir photo).

Idées pour une nouvelle Education civique

Force est de constater l’échec relatif de la discipline, perçue comme un peu plus « légère » que les autres, d’autant que la notation est plus difficile (bon courage pour faire un devoir sur « les multiples identités de la personne »). Les jeunes gens qui s’abstiennent lors des élections et véhiculent des préjugés sur le sexe ou la couleur de peau sont passés comme les autres par l’Education civique (la pratique effective étant très variable).  Il faut donc renouer avec les véritables objectifs de la descendante de la morale républicaine: apprendre à vivre en société, apprendre les principes républicains et amener à une connaissance au moins basique des institutions françaises, européennes et internationales. Même si l’enseignement de l’Education civique vise plus à apprendre au collège qu’à aiguiser l’esprit critique (comme au lycée), il sera d’autant plus efficace s’il se fait en interactivité avec le professeur et des intervenants, et avec des documents historiques et d’actualité, car l’élève doit comprendre qu’il s’agit d’un apprentissage de la vie en société. Comme l’ont écrit Mauss et Fauconnet dans La sociologie, objet et méthode (1901) :

L’éducation est précisément l’opération par laquelle l’être social est surajouté en chacun de nous à l’être individuel […]; c’est le procédé grâce auquel l’enfant est rapidement socialisé.

source: capture d'écran sur edition-bordas.fr, manuel d'ECJS de 5e

source: capture d’écran sur edition-bordas.fr, manuel d’EC de 5e

La 6e doit être l’occasion de penser tout ce qui est vivre ensemble: règles de vie en société (civilité, respects des devoirs et des règles, outils pour empêcher et punir les comportements inadéquats), respect des autres notamment en abordant la question de la discrimination (un peu d’histoire de l’immigration serait le bienvenu). La 5e doit être une transition entre vie de tous les jours et sujets plus généraux: l’égalité, essentiellement comme le fait le programme actuel (face aux ressources, à l’éducation, à l’embauche, étude du système de redistribution et des mesures pro-égalité), les libertés et les droits (notamment de vote avec un historique, de la presse, etc.) et l’engagement dans la vie de la société (participation à des associations, syndicats, partis politiques). La 4e doit s’articuler principalement autour du droit et de la justice, en reprenant le programme actuel et notamment la visée historique, avec l’étude de plusieurs lois fondamentales, le système judiciaire, etc.

Ce serait notamment l’occasion d’aborder le sujet de la laïcité (qui curieusement, malgré tout le vacarme qu’elle produit, n’a que six occurrences dans les quatre programmes), de manière interactive et en rappelant l’origine de la particularité française; et celui de la nationalité/citoyenneté en introduisant déjà des références européennes. Enfin, le niveau 3e serait celui des institutions et des interactions avec les citoyens: en France (institutions politiques, décentralisation, principes et valeurs de la République (l’aspect historique ayant déjà été traité en Histoire) expression des citoyens et intermédiaire des médias), dans l’Union Européenne (portrait concis des principales institutions, rôles des citoyens dans la vie de l’Union) et dans une moindre mesure une étude de l’ONU (schéma de fonctionnement, enjeux et limites, le tout partiellement absorbé par le programme d’Histoire).

Scipion

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s