Les femmes sans voile mettent la vapeur [analyse]

Rassemblement du 10 juillet, place de la République (c Demosthene2012)

Rassemblement du 10 juillet, place de la République (c Demosthene2012)

Un collectif de femmes né à Aubervilliers a lancé, en 2014, une « journée des femmes sans voile », prenant exemple sur une initiative canadienne. Dans le contexte français, après les attentats de janvier, la manifestation du collectif, organisée le 10 juillet, en plein mois de ramadan, fait polémique.

Place de la République, peu de monde en dehors des organisatrices et des associations ayant signé leur lettre ouverte, adressée aux « néo-communautaristes ». Ces femmes assimilent le port du voile à du sexisme, une porte ouverte à l’extrémisme islamiste : Nadia Ould-Kaci, membre du collectif, nous l’a confirmé lors d’un entretien : les radicaux se sentent chaque jour « un peu plus forts » alors que « le sexisme lié au voile est bien réel » puisque les « hommes se baladent comme ils veulent dans l’espace public ». Elles constatent, sous leurs fenêtres et dans les rues de cette ville populaire de Seine-Saint-Denis, une augmentation du nombre de femmes portant foulard, hijab, voile à l’iranienne, à l’indonésienne ou encore à la pakistanaise. Et, surtout, de plus en plus de très jeunes filles, parfois âgées de 8 à 12 ans, que l’on incite à se couvrir. Le voile devient une forme de norme, de mode parfois, et ne pas le porter lorsqu’on est musulmane peut entraîner remarques, conseils et, dans le pire des cas, insultes et intimidations. Pour ces femmes, de culture musulmane pour la plupart, se voir reprocher un choix, celui de ne pas porter voile ou foulard n’est tout simplement pas acceptable.

Le contexte post-11 janvier est délicat pour ce collectif, qui appelait à un rassemblement au pied de la statue de la place de la République, devenue une sorte de monument commémoratif après la grande manifestation parisienne. Comment attirer l’attention sur une réalité observable par tous, pour peu que l’on sorte des beaux quartiers et des centres urbains, sans prêter le flanc à l’accusation (un peu facile) d’islamophobie voire de récupération politique ? Elles ont pour elle leur ancrage local et leur ras-le-bol, une défense de la laïcité chevillée au corps et une longue expérience du terrain, le soutien, enfin, de personnalités courageuses mais aimant créer des polémiques, comme Mohamed Sifaoui ou Zineb el Razhoui (de Charlie Hebdo). Contre elles, pêle-mêle, on peut citer la peur des médias « ennemis », la crainte des extrémistes de tous bords, l’appréhension de ne pas être comprises, ni entendues, l’inquiétude de voir leur message simplifié, caricaturé ou détourné. L’initiative fait parler d’elle : Le Figaro, Marianne, France24, Arte, Slate ou Buzzfeed y ont consacré des reportages. Sur les réseaux sociaux, on soutient (beaucoup, mais parfois pour des raisons peu avouables), on se moque (de leur âge, de leur discours, dans les cercles djihadistes notamment, voir les fils twitter de Romain Caillet par exemple) et de nombreuses femmes voilées protestent, argumentent. Certaines, à l’image de l’afro-féministe Ndella Paye se disent même féministes. Et se trouvent en porte-à-faux lorsqu’elles se trouvent confrontées à des féministes « historiques », pour qui le foulard est nécessairement, sans discussion, le symbole d’une domination masculine et du patriarcat.

Deux types de questions se posent à l’observateur, qui découlent l’une de l’autre :

Les femmes qui choisissent de porter voile ou foulard (pas celles que l’on obligerait à le faire) sont-elles forcément de dangereuses islamistes, même si elles l’ignorent ? Nécessairement manipulées, elles qui disent porter le voile « par choix », « par pudeur » et tout à fait librement, adhérant à une vision assez conservatrice de leur religion ? Ne peuvent-elles pas, jamais, sous aucune condition, espérer s’intégrer à la société française, comme cela semble être le cas dans les pays anglo-saxons ?

Ces interrogations en entraînent d’autres : que faire contre/face à cette « mode » du voile, en particulier pour les jeunes filles, sans les forcer à l’enlever (nous sommes en République) ? Un abîme d’incompréhension s’exprime alors, que l’on peut lire sur la page Facebook du collectif. On y rencontre des converties outrées, des commentaires qui reprochent à l’initiative d’illustrer la « vanité et notre supériorité d’occidental et néo-occidental », d’autres qui accusent l’islam de tous les maux et considèrent qu’il ne peut exister d’islam apaisé ou « modéré » (« Le terrorisme c’est l’islam !! Ce sont les musulmans modérés qui sont des sous-musulmans qui n’ont juste pas les couilles de faire ce que préconise le coran : tuer tous ceux qui ne pensent pas comme eux »). Partout, la laïcité fait loi, le port du foulard ou du voile est vu comme un signe de soumission à des préceptes archaïques et patriarcaux.

La laïcité, d’ailleurs, on ne sait pas trop ce que c’est. Celle de Marine le Pen n’est pas celle de Charlie Hebdo, pour faire simple. Les couvertures de Valeurs Actuelles ou du Point qui tentent de faire peur avec le port du voile, ne font, sous couvert de défendre la laïcité, qu’entretenir une malheureuse confusion entre islam et islamisme. La complexité voire la contradiction est également de mise pour celles qui décident de porter le voile : certaines sont très ouvertes, d’autres intellectuelles, d’autres encore soumises, traditionalistes, attirées par une pratique stricte et « pure » de leur religion. Pour d’autres, il s’agit de faire comme les copines (il suffit de passer devant un lycée dans certaines communes pour le constater), de suivre les conseils d’un prêcheur, d’un imam, d’une sœur, d’un frère ou d’une mère. Les femmes voilées, en somme, ressemblent à peu de choses près à tous les êtres humains : elles sont certainement diverses et il serait terriblement réducteur de ne retenir d’elles que ce qu’elles cachent si ostensiblement – elles sont heureusement autre chose que leur voile.

Cependant, il ne faudrait pas oublier que nous ne vivons pas dans le monde des Bisounours. Car la présence d’un islam politique et militant est une réalité tangible, en particulier dans des quartiers de nos bonnes villes de France, pas nécessairement coordonné (pas de « cinquième colonne ») mais dont les initiatives convergent et provoquent tensions et uniformisation des pratiques. La victimisation des femmes voilées peut servir des intérêts communautaristes, dans des zones oubliées, laissées aux autorités « locales », non contrôlées et parfois utilisées par des politiques à d’évidentes fins électorales. Voiler des petites ou des jeunes filles est une pratique spécifique, liée à une vision extrêmement rétrograde de l’islam, proche du wahhabisme ou des talibans. Que cette pratique progresse est un signe inquiétant. Il ne s’agit pas de considérer chaque femme voilée comme un cheval de Troie d’Al Qaeda ou de Daesh. Seulement de ne pas céder aux sirènes de la victimisation ou de la défense sans réflexion d’une « liberté » qui s’apparente souvent, mais pas toujours, à une forme d’asservissement (de servitude) volontaire. D’éviter, en somme, le simplisme.

Dans le contexte actuel, la complexité des comportements humains semble n’avoir plus droit de cité. Les individus sont essentialisés, réduits à des comportements, à des groupes, à des objectifs politiques, sociaux ou religieux. Le collectif des femmes sans voile, par réaction à une réalité objective – le port du voile généralisé dans certaines zones parmi les femmes de culture et de religion musulmane, peut parfois tomber dans ces travers. Malgré quelques simplifications ou maladresses, leur constat est juste et a de quoi inquiéter. Car tout phénomène de groupe, de cette ampleur, n’est évidemment pas spontané. Il procède d’un processus politico-religieux suscité par des forces réellement obscurantistes. Porter le voile dans son coin n’est, en soi, absolument pas un danger pour la République. Lorsqu’il s’agit d’une norme sociale là où l’on vit, où celle qui ne le porte pas est mal vue, inquiétée ou rejetée, le danger est réel. C’est celui de la sécession et de l’abandon des populations à des forces hostiles à la démocratie et à l’égalité.

Agrippine

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s