Désarmement nucléaire : l’impasse française

Crédits : ICAN (icanw.org)

La nouvelle n’a pas fait grand bruit, mais cela fait maintenant deux semaines qu’a démarré la deuxième session de négociations de l’ONU pour un traité d’interdiction des armes nucléaires, qui fait suite à la première session de mars. Ces négociations sont le fruit d’un projet de résolution (le L.41) voté le 27 octobre 2016 à l’ONU et intitulé « Faire avancer les négociations multilatérales sur le désarmement nucléaire ». La France, la Grande-Bretagne, les États-Unis et la plupart des pays de l’OTAN ont voté contre et aujourd’hui, aucun pays doté d’armes nucléaires n’est à la table des négociations onusiennes. Ces pourparlers doivent aboutir à un texte définitif et « juridiquement contraignant » d’ici le 7 juillet qui devrait être voté à l’automne par l’Assemblée générale. Un texte préliminaire a été publié le 22 mai dernier par l’ambassadrice du Costa Rica et dispose que chaque Etat signataire Lire la suite

Publicités

Deux leçons des législatives de 2017

Crédits : lemonde.fr. Composition de la nouvelle Assemblée Nationale.

Il était sans doute impossible de prévoir un telle victoire aux législatives pour le parti d’Emmanuel Macron il y a ne serait-ce que six mois. Il est parvenu à obtenir en un peu plus d’un an une large majorité législative grâce à un alignement des étoiles inédit dans l’histoire politique française, en montrant un opportunisme politique qui découragerait les stratèges et les bâtisseurs de parti les plus éprouvés. Si la fête bat son plein du côté de La République En Marche, ces élections législatives soulèvent tout de même deux problèmes préoccupants. Lire la suite

Pays Basque, la paix impossible ?

Manifestation de soutien aux militants interpellés, le 17 décembre à Bayonne (Sud Ouest).

Manifestation de soutien aux militants interpellés, le 17 décembre à Bayonne (Sud Ouest).

Vendredi 16 décembre 2016, dans le petit village de Louhoussoa (pays basque français), des forces spéciales antiterroristes franco-espagnoles sont intervenues pour interpeller cinq personnes. Grand classique, se dit-on d’abord en écoutant la radio de bon matin. Il doit s’agir de membres d’ETA encore en fuite. Tout le monde se félicite pour ce « coup porté à l’ETA » (Bruno Le Roux, le nouveau ministre de l’Intérieur). Et puis, en quelques heures, la belle histoire du coup de filet se délite. Le président d’honneur de la Ligue des Droits de l’Homme, Michel Tubiana, aurait dû se trouver sur place et se met à dénoncer l’attitude de la France dans les médias. Il s’avère qu’il ne s’agissait pas de militants d’ETA mais de membres de la société civile basque engagés dans le processus de paix. Lire la suite

Quand la colère nous aveugle

Les moments les plus insouciants sont ceux où intervient ce qu’il y a de plus tragique. C’est au début de l’été, à Nice, sur la promenade des Anglais, alors que les familles et les amis se réunissaient en ce jour de festivités, que l’impossible s’est produit, comme pour nous rappeler l’obscure chape de plomb qui reste en suspens au-dessus de nous. Dans la nuit du 14 au 15 Juillet, le terrorisme a fait plus de 80 victimes. Face à la barbarie, nous sommes et nous devons être tous unis, solidaires, et surtout indivisibles. Le mot fraternité prend tout son sens quand nous sommes touchés de plein fouet par la terreur, en ce jour de fête nationale qui célèbre, ne l’oublions pas, l’avènement des Lumières sur l’obscurantisme religieux.

attentat-a-nice-l-hommage-des-dessinateurs

Hommage aux victimes des attentats de Nice (Source : Le Monde)

Lire la suite

Jacques Attali, encore lui !

Jacques Attali revient une nouvelle fois sur la scène politique en présentant un nouveau programme en vue des prochaines élections présidentielles. Les propositions ont été élaborées avec un comité de citoyens d’horizons divers, France 2022, et surtout indépendants, point sur lequel il insiste particulièrement. Néanmoins, étant donnée l’apparition de thèmes chers à l’ancien conseiller de Mitterrand tels que la formation ou l’Europe, le lecteur comprendra vite que les mesures énoncées reflètent sa propre vision de la France. En dépit de sa bonne volonté (ou de son acharnement pour certains), et après de multiples programmes et rapports rédigés par ses soins et ignorés, en grande partie du moins, par nos dirigeants successifs, ce nouveau projet est-il voué à n’être qu’une énième tentative oubliée ?

648x415_jacques-attali-28-novembre-2013-a-paris

Jacques Attali, comme toujours avec plein de nouvelles idées forcément indispensables. (20 minutes)

Lire la suite

Ceux qu’on abandonne

L’entrée du collège République, à Bobigny (Google Street View).

Au détour d’un article du Monde consacré à l’arrêt des cours, dans un collège REP+ de Bobigny, une semaine avant les vacances de Pâques, on s’arrête sur cette phrase : « Les moyens octroyés permettent à l’établissement de fonctionner, affirme Sébastien Demorgon, détaché auprès du directeur d’académie sur les questions de climat scolaire. Nous prenons ces incidents très au sérieux et avons proposé à l’équipe un outil d’autodiagnostic pour y faire face. » Elle fait sursauter, d’abord. Ensuite on se prend à sourire, puis à s’esclaffer bruyamment. Mara Goyet lui a d’ailleurs consacré un billet rageur sur son blog. Les faits relatés dans l’article sont particulièrement graves : départs de feu (le rez-de-chaussée partiellement incendié, tout de même), crachats, violences verbales et physiques et le déclencheur, ce lance-flammes artisanal qu’un surveillant a senti derrière sa nuque, lors d’une permanence dans le réfectoire (200 élèves dans le réfectoire, tout de même). Lire la suite

Rouillan, du « courage » du « radicalisme »

Jean-Marc Rouillan en 2016

La pureté révolutionnaire, cela se cultive : Jean-Marc Rouillan aime jouer au poil à gratter de la société bourgeoise, les provocations un peu faciles, se pose en vieil anarcho-marxiste qui ne renie rien et reste droit dans ses bottes de « radical » : tout, sauf être un « pépère de la protestation » qui cultiverait son « jardin bio » (dixit son portrait dans Libé). Alors, de temps à autre, Rouillan se lâche, défend ses combats passés et ceux à venir, dézingue les bobos qui font leurs trucs dans leur coin parce qu’au final, « vingt ans à faire des trucs sympas [cultiver des carottes bios], ça nous emmène les parachutistes dans la rue » aujourd’hui, déclare-t-il, bravache, dans un entretien accordé à « Radio Grenouille », depuis Marseille, où il vit.

Lire la suite