Attentat d’Istanbul : la Turquie de retour parmi le concert des nations ?

648x415_pres-30-personnes-inculpees-enquete-attentat-aeroport-istanbul

L’aéroport Atatürk en état de siège, le 28 juin 2016

La Turquie est endeuillée par un nouvel attentat suicide, cette fois dans l’aéroport le plus sécurisé du pays : le président Erdogan en sort-il pour autant affaibli ? Ou est-ce à l’inverse le signe d’un retour de la Turquie parmi les pays « respectables » en matière de relations internationales ? Lire la suite

Éternelle terre d’avenir ?

Les récentes mobilisations et manifestations dans les grandes villes brésiliennes n’ont pas tardé à susciter les inquiétudes dans les médias français et européens. Certains évoquent une crise politique (et même économique) sans précédent, ce qui plus largement laisse supposer que le Brésil n’est finalement pas sorti de l’ère des troubles politiques, restant incapable de relever le défi démocratique. Mais derrière les prismes déformants et parfois simplistes des médias et de l’Occident se cache une réalité bien plus complexe. A l’image d’un Stefan Zweig qui, dans Le Brésil, terre d’avenir (1942), se distançait déjà des idées reçus subsistant en Europe concernant ce pays, c’est avec rigueur qu’il faut comprendre les événements actuels secouant le pays. Et qui, finalement, questionnent le statut de terre d’avenir.

Lire la suite

[Critique] Olivier Roy, « En quête de l’Orient perdu » : Comment peut-on être Persan ?

Olivier Roy (à gauche) en Afghanistan en 1983 (copyright Chantal Lobato)

Olivier Roy cherche, à toute force, à demeurer un homme libre, à refuser les prescriptions, les opportunités trop opportunes, les plans de carrière qui sentent l’expertise qui s’écoute parler. A ces facilités, il préfère bien souvent la fuite, le grand départ, les papiers bricolés, la bifurcation et l’iconoclasme. Il a certainement dû en parler longuement à son psychanalyste. Mais c’est également l’un des thèmes majeurs qui traversent en filigrane le livre d’entretien accordé à l’éditeur Jean-Loup Schlegel, paru au Seuil en 2014. Lire la suite

Le Don Quichotte qui cache la forêt

https://i2.wp.com/s2.lemde.fr/image/2015/11/19/534x0/4813625_6_eb0b_les-resultats-du-vote-jeudi-19-novembre-a_445de4e42bd6b3b1da26e09e5c52be3c.jpg

Source : François Guillot / AFP pour Le Monde. Résultats du vote du 19 Novembre sur la prorogation de l’état d’urgence.

Alors qu’on tente actuellement de mettre en place au Bourget un modèle mondial de la sobriété, les jours suivants les attentats ont été l’occasion de la démonstration à outrance. Si l’on peut concéder qu’il a existé un besoin libérateur de s’exprimer sur ce qu’on a vu, entendu et parfois même vécu, beaucoup de blogueurs, artistes ou simples internautes se sont laissés aller à la production de discours élyséens sur ce que les terroristes ont essayé de mettre à bas (« notre » jeunesse, la joie de vivre, l’insouciance, les soirées entre amis, la musique, etc.) mais aussi sur « l’incroyable capacité de la société française à se souder face à la barbarie ». Tel a été le sens de l’initiative du Monde de publier un portrait des 130 victimes ou de l’hommage national des Invalides Lire la suite

« L’Empire contre-attaque », que font les Russes en Syrie ?

Bombardier russe au-dessus de la Syrie (Handout/Reuters)

Vladimir Poutine a joué et il a gagné. Pour l’instant. Lorsque le Président russe avance ses pions, c’est après avoir longuement préparé le terrain, sondé ses amis, jaugé ses ennemis ou ses concurrents. La politique étrangère russe, pour contestable qu’elle soit, paraît finalement aisée à appréhender pour les observateurs. Elle consiste en un mantra, sans cesse répété : remettre la Russie à la place qui lui est due dans le concert des nations, faire entendre sa voix et défendre ses intérêts. Pas plus que pour d’autres, cette politique n’est assurée de réussir. Mais la médiatisation qui l’accompagne, qui fait frétiller les spécialistes de géopolitique, avec force référence à l’ « empire russe », enfin les réactions gênées aux entournures des pays les plus à même de freiner l’ambition russe témoignent au moins d’une première réussite. Lire la suite

Marine et la poussée d’Archimède

réfugiés méditerranée le pen

Le radeau de la Méduse, Théodore Géricault, 1819

Un jour que le ciel était dégagé, Marine Le Pen ouvrit une fenêtre des combles du manoir familial de Montretout, pointa une longue vue vers le Sud et observa une rangée ordonnée de caravelles, yachts et drakkars ayant levé l’ancre de l’autre rive de la Méditerranée pour venir décharger leur cargaison sur nos rivages européens. Quoique décharger serait bien politiquement correct : s’éventrer au large pour laisser leur pétrole gâter nos plages de sable blanc correspondrait bien davantage à la réalité qu’on souhaite nous cacher. D’autres décidèrent d’en avoir le cœur net, scrutèrent l’horizon depuis le lieu du délit et en vinrent à se croire victimes d’effets d’optique, tant ces vaisseaux conquérants leur semblaient frêles. On eût dit des chaloupes à la place des caravelles, des vedettes au lieu de yachts et des esquifs plutôt que des drakkars. Lire la suite

Thousands are sailing : un coupable aveuglement

La carte européenne des demandes d’asile (Le Monde).

« Thousands are sailing
Across the western ocean
To a land of opportunity
That some of them will never see« 

La chanson du groupe irlandais The Pogues (1988) raconte la migration de centaines de milliers d’Irlandais vers les Etats-Unis au XIXème siècle : elle décrit des Européens se noyant dans l’Atlantique, leurs navires « cercueils » (coffin ships) n’arrivant pas à bon port. Les morts, aujourd’hui, ont d’autres nationalités. Un déferlement d’images poignantes, terribles, inquiétantes, qui laissent sans voix et empêchent toute réflexion, tout débat apaisé, s’accumulent jusqu’au malaise. Des réactions en pagaille, parfois sensées, souvent sentencieuses ou délirantes, approximations en chaîne ou verbiage inconséquent. Comme s’il fallait à tout prix réagir, dire quelque chose – n’importe quoi, peu importe- pour être à la hauteur de l’ « événement ». Lire la suite