La série de l’été 2017 (3) : le vilain petit Benoît [fiction]

(Reuters)

Cet été, Démosthène 2012 a décidé de vous partager quelques contes et légendes à propos de nos politicien(ne)s, qui se transmettent de génération en génération dans les familles françaises (peut-être pas la vôtre, mais dans certaines familles en tout cas). Ne vous attendez donc pas à les retrouver dans les biographies officielles, qui ne disent jamais toute la vérité. Dans cet épisode, nous suivons Benoît Hamon, pauvre petite mouette délaissée, jusqu’à la fondation de son mouvement du 1er juillet. Lire la suite

Hamon ou le coup d’après

Capture d’écran du site 1erjuilletavecbenoithamon

Lorsqu’il a annoncé le lancement d’un grand mouvement « transpartisan » le 1er juillet, beaucoup ont ironisé sur le « Monsieur 6 % » qui osait encore croire à son avenir politique. A ceux qui lui reprochent d’être à contretemps, Benoît Hamon répond qu’il est plutôt visionnaire. Cette annonce constitue un mini « coup » politique, qui a failli être torpillé par la médiatisation, le même jour, de la création d’un mouvement « citoyen » fondé par des intellectuels, artistes mais surtout soutenu par Martine Aubry, Anne Hidalgo et Christiane Taubira (« Dès demain »). Il est vrai que, renseignements pris, les deux mouvements semblent plus complémentaires que concurrents. On y trouve par exemple Alexis Bachelay, un très proche de Benoît Hamon et son ancien directeur de campagne. Mais de nombreux sympathisants socialistes se sont interrogés sur la pertinence de ce lancement simultané et le « plan média » quelque peu inaudible qui a suivi. Lire la suite