Sécession et « marronnage » : Christophe Guilly, géographe militant

Après avoir achevé Le crépuscule de la France d’en haut, le lecteur ne faisant pas partie des classes « populaires », votant (encore) à gauche risque de ressentir une forte envie de jeter le livre contre un mur, par la fenêtre, de le déchirer en petits morceaux ou de convoquer son auteur dans une ruelle sombre pour un duel de trottinettes électriques. Christophe Guilluy est en effet un auteur qu’il est commode d’appeler « polémique » voire « néo-réac », dénominations fourre-tout au possible. Encore plus agaçant pour ses détracteurs, sa qualité de géographe, qui lui permet de dégainer des arguments factuels, purement statistiques, se servant de l’INSEE comme d’un revolver – Emmanuel Macron et François Fillon, notamment, sont des victimes de choix du cow-boy géographe. Guilluy utilise donc des faits, des fiches pour asséner, au final, ce qu’il faut bien appeler un propos militant. Lire la suite

Publicités

« La France périphérique » : le risque de la sécession ?

Christophe Guilluy n’est pas un géographe du sérail et il ne feint pas la neutralité académique. Son dernier livre a fait du bruit, non seulement dans le Landerneau géographique mais, surtout, dans la presse – Libération, où Laurent Joffrin prenait conscience que « le peuple, le plus souvent, n’est plus avec la gauche » ou encore Marianne. Du bruit aussi du côté des hommes politiques : Marianne rapporte qu’ « il a fallu faire parvenir d’urgence deux exemplaires au cabinet de Valls en pleine rédaction de son discours de politique générale ». Lire la suite